AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 One side love [PV Aly]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Stormane
Admin | • Tame me
avatar

Nombre de messages : 536
Âge : ... ans
Date d'inscription : 20/04/2008

Secret Files
Powers: • Création de Vide
Clan: Demon
File Relations:

MessageSujet: One side love [PV Aly]   Mer 2 Juil - 21:19

Un matin comme les autres, après une sereine nuit blanche à contempler le ciel flottant comme du coton imbibé d’encre noire, Gabriel sortit enfin de son tombeau, son énorme bâtisse qui récitait d’elle-même ses derniers serments. Ce n’est pas comme s’il avait besoin de voir autre chose, de se confronter à des créatures qui ne sont pas rongés par le temps et par ses propres folies. Aujourd’hui il prévoyait de voir Liam et de lui annoncer sans la moindre subtilité qu’il avait perdu tous ses pouvoirs. Il finirait par l’apprendre, tôt ou tard, s’il n’a pas été déjà mit au courant. La langueur et la fainéantise de Gabriel l’avaient rendu incapable de prendre les mesures nécessaires pour limiter et étouffer les rumeurs à son sujet. Mais qui serait assez fou pour l’attaquer en se basant seulement sur des récits incertains ?

La gallere d’Art était plus un endroit pour se faire voire plutôt qu’un leu culturel. Bien qu’il restait encore des idéalstes naifs qui y venaient pour contempler l’art moderne avec un intérêt qui aux yeux du démon semblait idiot, cet endroit était son lieu de rendez-vous avec ses informateurs. Rien de mieux qu’un lieu public où on pouvait s’isoler discrètement dans un coin où les peintures les moins visitées étaient exposées.

- « Tu t’intéresse à l’art maintenant ? » Glissa un homme dans le dos de Gabrel avec une moquerie peu dissimulé.
Le démon sourit légèrement et n’eut pas besoin de se retourner pour savoir que c’était son meilleur informateur. Celui qui le tenant au courant des derniers événements à Chicago et le seul qui osait le tutoyer et charrier comme si le démon état son vieil ami de lycée. Si l’entente était en apparence parfaite, la confiance était modérée.
- « J’essaye de suivre le mouvement du monde Jake, j’aurais l’air moins effrayant. »
Un rire d’hyène sortit de la gorge du dénommé Jake. Son allure angélique et ses cheveux noirs comme les plumes d’un corbeau qui faisait ressortir son visage pâle ne lassaient aucun doute ; il n’hésiterait pas à trahir pour son confort. Il devait à peine avoir 20, un démon de la dernière date, orphelin comme il est convenu pour les bêtes sombres, il avait trouvé en Gabriel Stormane une figure paternelle mais surtout une mine à fric sans fond. Le vieux démon le lassait faire, car il était un des seuls dont il appréciait la compagnie et qui allait droit au but quant il désirait quelque chose, n’usant ni métaphores ni formules de politesse.
- « Les peintres vont commencer à flipper. Si tu aimes pas leur travail tu vas les utiliser comme coache de nuance rouge ? » Après un court rire, Jake reprit s’adossant au mur et croisant les bras comme un grand chef. [color=olive]« Tu m’as demandé de surveiller ce gars, Liam Rivers. Rien de particulier, il suit sa petite routine sanglante. »
- « Il t’a repéré ? »
- « Sans aucun doute. » Le jeune rire qui suivit fut coupé par le regard sombre de Gabriel. Mais il était content que ce gamin ne mente pas pour bien se faire voir.
- « Il n’y a aucune rumeur en ce qui concerne la disparition de la chasseuse que tu as supprimée, il y a deux mois. Elle était sur un gros coup dangereux alors presque tous pensent qu’elle a été trop imprudente… »
- « Presque ?… »
- « Y a ce mec bizarre…Charlie Blake. Il a dit un truc genre Harry Stormane est venu se venger. Ton père est toujours vivant ou quoi ? »
Un léger rire flotta autour des lèvres de Gabriel. Il n’y avait que ce gamin inconscient pour prononcer le nom de son aïeul qui fit trembler Chigago de son vivant, comme un nom d’écrivain déchu.
- « Tu connaîtrais une certaine Alysandre Dornvald par tout hasard ? » Suggéra Jake alors que ses joues prirent un peu de rose.
Gabriel se contenta de lui rire au nez ce qui eut un effet étonnant. Le jeune démon prit une expression sérieuse et monta ses lèvres comme un enfant boudeur qui aurait été privé de dessert. Il accorda un regard noir à Gabriel, un de ceux que seuls ses pires ennemis lui auraient montré. Cependant l’expression n’avait rien de menaçant, ses yeux brillant comme ceux d’un jeune Roméo et la couleur verte de ses iris scintillants l’enveloppait dans une aura rose, flottant comme sur un nuage de barbe à papa.
Le rire de Gabriel se calma mais il garda un sourire ironique sur ses lèvres pâles et sèches. Il tapota l’épaule de son jeune ami avant de le rassurer :
- « Allons, allons, pas la peine de me montrer ce visage de jeune fille en puberté. Je ne la connais pas, ta Alexandre… »
- « C’est Alyssandre, avec un ‘y’ ! »
Gabriel ne savait pas s’il fallait s’inquiéter parce que Jake était quasiment en train de hurler ou parce qu’il avait plutôt réagit à la prononciation du nom de sa bien aimée plutôt qu’à la moquerie de ses sentiments. Quoi qu’il en soit, le vieux démon n’eut pas le temps de réfléchire plus que Jake exposait déjà son plan d’attaque, infaillible.
- « C’est une humaine et elle est venue à Chicago depuis un petit moment. Elle est comédienne et très… »
- « Belle ?… »
- « …et…et ton nom a certainement… enfin elle a du entendre ton nom… »
- « Et tu veux que j’aille la voir pour lui dire que je suis un grand méchant loup mais que toi tu l’as protégera… »
- « Elle doit venir à la Galerie aujourd’hui… J’ai pensé que tu pouvais l’attaquer et moi je te défendrais. »
- « Hors de question, demande à un de tes copains… » Coupa Gabriel certain que c’était une farce.
- « Mais elle serait impressionnée si je m’opposais à Gabriel Stormane pour elle !!! »
- « Mais comment connaîtrait-elle mon visage ? C’est hors de question Jake, je n’ai plus 20 ans… »

Gabriel fit quelque pas pour s’éloigner avant d’entendre un soupire un peu invraisemblable suivit d’un bruit qui ressemblait à un sanglot de désespoir misérable ! Il virevolta et ses yeux s’écarquillèrent devant l’image impressionnante et larmoyante de Jake. Il resta interdit quelque secondes avant d’avoir un regard inquiet sur le côté. Il y avait peur de monde dans cette galerie mais ils risquaient tout de même d’être vus. Comme s’il n’avait pas assez de problème entre la perte de ses pouvoirs et la croissance rapide de ceux qu veulent sa tête, il lui fallait un sale morveux qui venait sangloter ses problèmes de cœur.
- « Bon sang Jake, je ne suis ni ton ami, ni ton conseilleur matrimonial. » Affirma Gabrel en serrant les dents. « Si tu n’arrêtes pas je t’éclate contre le mur. »
- « Mais je sais pas m’y prendre avec les filles, s’il te plait Gabie… »
Jake venait de franchir la limite. Le vieux démon le saisit par le col de sa chemise, lui murmurant quelques insultes bien choisies et se dirigeant discrètement vers la sortie. Cela tombait bien car cela faisait un bon moment qu’il n’avait pas saigné quelqu’un. Malgré la perte de ses pouvoirs, il lui restait toujours ses poings.
- « Lâches-moi, je te demande jamais rien… » Aboya Jake attirant les regards des visiteurs.
Instinctivement Gabriel lâcha le gamin et afficha un sourire commercial pour les curieux qui reprirent rapidement leurs activités. L’énervement faisait rugir ses dents mais Jake ne semblait pas comprendre qu’il allait y laisser la vie s’il continuait à insister. Alors que Gabriel était entrain de réflechir à la mort prochaine de cet enfant impertinant, s’abstenant de le frapper devant tout le monde, il fut surpris de sentir le coude du jeune démon entre ses côtes suivit de paroles tremblantes.
- « C’est elle, c’est elle là bas »
- « Je vais t’achever… »
- « Va vers elle ! »
- « Fiches moi la paix… » Siffla-t-il alors que son poing devenait de plus en plus contracté pendant que Jake le poussait vers un groupe de personnes un peu plus loin, tout en se cachant dans son dos. « Je crois que tu ne comprends pas ta situation… »
- « La ferme ou je dirais à tout le monde que tu n’as plus de pouvoirs. Tu n’es pas le seul pour qui je travaille et pour l’instant je me suis gardé de crier sur les toits que l’effrayant Stormane est plus faible qu’un humain mais ça me vaudrait un sacré paquet de fric. Alors tu vas te présenter comme un admirateur de ses rôles et moi comme ton ami dévoué, sincère, bienveillant et innocent. »

Gabriel se racla la gorge alors qu’il sentit sa respiration coupée. Jake allait mourir, il n’y avait aucun doute. Il fallait jouer le jeu de la soumission et de l’obéissance avant de lui faire comprendre la réalité.
- « Bonjour. » Fit le vieux démon à l’intention de la jeune fille que Jake lui indiqua, tout en restant à moitié cachée derrière lui. Un rapide regard lui suffit pour apercevoir son visage en feu. Le décalage entre son caractère imposant et son langage assuré était en totale opposition avec cette attitude timide et ridicule. « Mlle Dornoval, permettez-moi de vous saluer. Je suis un de vos admirateurs. Et voici mon ami Jake Lawl qui est également un connaisseur en matière de cinéma et théâtre. »
Tu me le paiera sale gamin inconscient !

Un large sourire ‘éclatant de sincérité’ ornait les lèvres pâles de Gabriel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devils-absolution.forumchti.com
Alysandre Dornvald

avatar

Nombre de messages : 18
Race : Humans
Âge : 19 ans
Date d'inscription : 08/06/2008

Secret Files
Powers: None
Clan: Humans
File Relations:
MessageSujet: Re: One side love [PV Aly]   Mar 8 Juil - 22:01

    Quelques jours plus tôt

    « Tu vois, Aly', c'est ça qui te manque. Le CON-TACT, ma belle. Il faut que tu ailles vers les gens et ne les laisse pas s'échapper, ma puce. C'est bien beau s'ils se souviennent de toi sur scène mais il faut aussi que tu les marques en tant qu'être humain et que tu les traînes pour qu'ils viennent te voir. En usant de douceur bien sûr, miss. Je te le dis, chérie, c'est le secret de la réussite. »

    Vous voyez cet homme qui s'agite frénétiquement faisant bien trop de mouvements et laissant sa voix s'emporter dans des élans lyriques pathétiques et inappropriés ? C'est en quelque sorte le manager d'Aly'. Oui, son manager, celui qui s'occupe de sa carrière mais aussi de sa personne. En fait, c'est une sorte de baby-sitter. En effet, jusque là, l'étoile montante du théâtre (quelle périphrase dévalorisante x) )n'avait eu besoin de personne pour gérer ses affaires mais la nécessité était apparue aux yeux de sa mère lorsque sa fille avait décidé qu'elle irait vivre dans la ville la plus dangereuse aux yeux de beaucoup, Chicago. La présence de Gregory aux côtés de la jeune femme était devenue une condition sine qua non à son départ et elle s'y était pliée. Certes, il était envahissant et parlait beaucoup beaucoup beaucoup trop mais son flot incessant de paroles était rapidement devenu un fond sonore aux oreilles de la comédienne. De ceux qui manquent lorsqu'ils ne parviennent plus à vos tympans, c'était une partie de sa vie. Et puis il était plein de volonté, c'était certain. Il parcourait la ville à la recherche d'éventuels projets qui resteraient à Chicago - c'était de plus en plus complexe à trouver - et conviendrait à sa protégée puis passait son temps dans les soirées mondaines dans le but de ramener un bon public lors des représentations. En fait, tout le monde l'adorait, lui et ses petits défauts.

    Sa nouvelle lubie, qu'il expliquait à Alysandre, était d'ailleurs de l'attirer dans ces fêtes dans le but de lui faire rencontrer du monde. Elle deviendrait une comédienne ayant des relations, à n'en pas douter. Greg' s'efforçait de lui créer un emploi du temps digne d'un diplomate d'autant plus qu'il préférait l'avoir sous sa surveillance. Parce qu'il commençait à bien la cerner, notre Aly', avec sa manie de s'éclipser et d'aller courir aux quatre coins de la ville au mépris du danger. Il avait bien cru la perdre à plusieurs reprises et frôlaient dans ces moments-là des colères folles bien vite oubliées quand il découvrait le visage peiné - peine qu'il croyait lui être adressée - de la jeune Dornvall. Ces comédiens... Enfin, ça faisait partie de son charme. A part ça, il n'avait même pas eu droit à quelques caprices de "star" alors qu'il avait passé des heures devant son miroir à préparer des mots qu'il n'aurait de toute façon pas prononcés. C'était encore une fois à cause de ses mimiques qui le faisaient fondre. L'intégration dans l'univers où il l'avait plongée au risque de la noyer était d'ailleurs assez réussie. La jeune femme virevoltait de galas en soirées plus intimes avec une aisance qui lui plaisait et les gens succombaient autant à sa naïveté qu'au vert niché dans ses yeux. Elle, ça ne l'amusait pas tant que ça mais la comédie ça la connaissait alors elle en donnait l'air. Elle aurait pourtant vraiment préféré se perdre dans la ville dans le seul but de rencontrer un certain Seth Ockham sans pour autant ignorer ni craindre sa nature démoniaque.

    Ce matin-là, elle s'était rendue toute seule, comme une grande, à la galerie d'art pour faire son show habituel. A force de jouer à cela, elle connaissait son texte et les formalités d'usage sur le bout des doigts. Ajoutez à cela un zeste d'improvisation et vous aurez la recette parfaite pour bien vous débrouiller en société. Facile ! Elle discuta d'art et d'autres choses avec des têtes connues - se souvenir des noms et prénoms de chacun était d'ailleurs un bon exercice pour sa mémoire - et rencontra quelques 'personnalités-à-connaître' de la ville que ses 'amis' lui présentèrent. Elle voyait les visages défiler les uns après les autres sous ses yeux fatigués après une nuit agitée durant laquelle elle n'avait pas réussi à dormir plus de quelques heures à la suite et, finalement, au petit matin, c'était passé comme c'était arrivé. Rien de bien méchant sans doute. Peut-être était-ce une forme de stress avant la première représentation de la toute dernière pièce dans laquelle elle allait jouer ; ça n'avait pas traîné. Elle avait enchaîné en parallèle les répétitions pour une pièce et les représentation pour une autre et elle en était donc bientôt à son deuxième rôle interprété dans cette ville d'où l'envie de Greg' de la mettre en avant. Peut-être qu'elle avait déjà fait parler d'elle et cela bien avant qu'elle ne mette les pieds dans la ville de manière définitive ou, tout du moins, à long terme mais rien n'était assez. C'était la folie du "toujours plus".

    Au milieu des nouveaux faciès, apparu un homme à l'allure imposante et fortement charismatique dissimulant un ami au visage empourpré. Celui qui devint dès lors son interlocuteur omit d'ailleurs de mentionner sa propre identité au profit de celle de son compagnon. C'était le seul soucis d'Aly' à ce moment-là mais les regards que certaines personnes présentes dans la pièce portaient sur l'homme qui lui faisait face lui permirent de comprendre que son problème serait aisément et rapidement réglé, une simple question aux personnes bien informés et elle n'aurait qu'à mémoriser l'étiquette allant avec la silhouette - c'était comme cela qu'elle se représentait les gens, comme dans un trombinoscope - et que celui avec qui elle s'apprêtait à engager la conversation était certainement une personne importante. Il retenait plus l'attention que son ami au visage cramoisi, en tout cas.

    « Enchantée. C'est toujours étonnant de rencontrer une personne qui vous est inconnue mais qui sait déjà votre nom mais, croyez-moi, je suis ravie de faire votre connaissance.
    Vous êtes venu pour voir l'exposition ? »


    Rien que des phrases déjà prononcées par elle et les centaines d'autres personnes connues ou non de ce milieu ayant foulé le sol de cette pièce à la recherche d'un peu d'attention ou d'une forme de célébrité. Sans doute y avait-il une forme peu habituelle d'innocence sous ces mots déclamés un sourire sur les lèvres mais rien de trop soutenu. Shakespeare avait un jour formulé l'idée que le monde dans lequel nous vivons est un théâtre en plus d'être un monde de fous. Ca devait être pour ça que, plus on s'enfonçait dans les mondanités plus tout semblé rempli d'illusions et faussé. Aly' avait poussé cette idée trop loin sans pourtant jamais l'énoncer. Pour elle, c'était le monde qui ressemblait au théâtre dans tous ses élans dramatiques et non seulement dans l'absence de véracité. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Stormane
Admin | • Tame me
avatar

Nombre de messages : 536
Âge : ... ans
Date d'inscription : 20/04/2008

Secret Files
Powers: • Création de Vide
Clan: Demon
File Relations:

MessageSujet: Re: One side love [PV Aly]   Ven 18 Juil - 16:36

Si Gabriel n’était pas pris d’une furieuse envie d’éclater une tête contre un mur et de faire des fricadelles à la sauce tristesse, il aurait peut être remarqué le naturel et le sourire largement humain de la petite sirène qui agitait sa voix avec un enthousiasme dont l’arrière goût répétitif était quelque peu amer.
- « Evidemment, ce n’est pas comme si je venais chasser. Les démons contrairement aux idées reçues ne bouffent pas de l’humain. » Un rire aigre et doux se frotta aux lèvres du vieux démon dont la voix soutenue et polie était en totale contradiction avec le langage familier et le regard scintillant d’une colère qui lui était propre et que bien souvent on interprétait comme la lueur d’une réflexion profonde et philosophique.
La voix n’était pas assez forte pour être entendue de tous. Ce fut comme un murmure adressé bien plus à Jake qu’à la petite sirène en guise de « regarde derrière toi lorsque tu marcheras dans la rue ». Ce dernier lui jeta un regard inquiet comme une vaine tentative pour le menacer à travers la pensée. Mais Gabriel n’était pas télépathe et les sentiments et les émotions et les craintes des autres il ne les comprenait que quand il le désirait : c’est à dire jamais.
- « A vrai dire je déteste l’art. Regardez-moi ce truc par exemple ! » Declara-t-il sur un ton rieur en pointant son auriculaire vers un tableau sans aucun doute abstrait. « Ils osent intituler cette vomissure d’humain torturé dans les caves de Chicago ‘Une table et deux chaises’. Ensuite c’est qui le psychopathe inconscient qui peint des chaises et des tables ? S’il voudrait attirer des applaudissements il devrait peindre des femmes nues ou des icônes religieuses ; c’est définitivement ce qui a le plus de succès. Je n’irais pas jusqu’à dire que la pornographique c’est de l’ait, quoi que… »
- « Monsieur Stormane ! » Déclara Jake dans une ultime tentative de sauver sa situation et stopper l’élan explicatif issu de l’angle aigu de la colère Gabrielienne. « Je crois que mademoiselle a comprit votre point de vu… » Il se tourna vers la petite sirène et sourit nerveusement. « Il veut toujours en faire trop. »
- « Et vous Mlle Dornvald, avez vous une position par rapport à l’art moderne ? Si la question ; quel est de but de l’art, vous était posée, est-ce que vous diriez que l’art n’a pas d’autre but que lui même, que son existence est en elle-même la seule justification de son existence ou alors au contraire c’est un tas de débilités immonde qui n’est là que pour satisfaire les pulsions des bêtes ; Autant les humains, les démons que les autres immondices que ce pauvre monde porte comme un embryon déjà mort ? »

Ce n’est pas comme s’il attendait une réponse. Jake l’a voulut intéressé et concerné par l’art, le voici. Le voici tout émoustillé et excité à l’idée de ; dans le meilleur des cas effrayer la pauvre fillette ou alors enfoncer Jake dans l’oubli et ne lui laisser aucune réplique avec sa dulcinée. Pourquoi les autres devraient-ils récolter le fruit de son propre travail ? Ce n’est pas comme si l’histoire des Storname père/fils allait se répéter et toute la gloire paternelle allait couvrir toute la folie et l’irresponsable filiale.

Un rire nerveux s’échappa de la gorge de Jake pour venir briser ses dents et virevolter dans les airs comme un mauvais augure. Le jeune démon n’avait pas encore comprit son erreur d’avoir menacé d’une façon si impulsive. S’il avait abordé le sujet avec délicatesse et avait calmement prononcé « je sais tout sur toi, Gabriel Storname » alors il aurait pu ajouter « fils de p*te » ou encore « …. » et « …. » sans que l’archange s’énerve et envoyé en l’air son plan. Car il se serait sentit plus menacé et aurait considéré Jake comme quelqu’un de manipulateur et quelqu’un qui savait comment approcher les bêtes. La jugeote et la patience, ne semblaient pas des qualités du jeune démon ainsi Gabriel se sentait plus frustré et dérangé que paniqué et inquiet. De plus ils savaient tous les deux que Jake n’oserait jamais au moins d’être soul ou manipulé par une jolie femme. Ah ! Ca se trouve Alyssandre Dornoval était un espion… tout à fait possible mais sans importance maintenant que Jake allait sans aucun doute rejoindre le paradis des démons.
- « Content d’avoir fait votre connaissance mais nous devons partir. » Jacassa le jeune démon en profitant de la vue sublime de sa bien aimée qu’il allait quitter pour que Gabriel ne recommence pas à exposer sa philosophie bon marché.
- « Mais non, nous avons tout notre temps. Et si vous avez le temps, nous vous invitons même à dîner dans un lieu fréquenter par les riches idiots orgueilleux mais tout de même respectables – car pleins de fric – qui font semblant d’aimer l’art car c’est à la mode. Un temps ce fut les dépression nerveuses, un autre la polygamie, maintenant l’art et le théâtre… le monde ne cessera donc jamais de nous étonner. »
Un soupir plein de bon esprit glissa entre les lèvres du vieux démon, alors que son apprenti – future fricadelle – se noyait dans l’inquiétude de sa sueur nerveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devils-absolution.forumchti.com
Alysandre Dornvald

avatar

Nombre de messages : 18
Race : Humans
Âge : 19 ans
Date d'inscription : 08/06/2008

Secret Files
Powers: None
Clan: Humans
File Relations:
MessageSujet: Re: One side love [PV Aly]   Dim 31 Aoû - 1:11

    Les démons ne mangent pas d'humain pour leurs quatre-heure ni même au goûter ? Quel dommage ! Cela n'était pas une nouvelle pour Alysandre - que ce Gabriel Stormane parle de démon dans le sens le plus (bien que moins serais plus approprié dans ce cas-là) pur du terme ou un autre plus imagé révélant une cruauté humanisée. Un démon l'avait même sauvée, c'était pour dire. C'était après l'avoir revu et reconnu que, prise d'une passion démesurée pour son sauveur, celle qui arrivait à identifier un démon à un messie qu'elle s'était approprié et réservé sans consulter une quelconque autorité avait dès lors ressenti une soif insatiable de connaissance pour tout ce qui touchait aux êtres démoniaque en pensant évidemment à acquérir quelques notions de base concernant leur régime alimentaire - après tout, ça pourrait peut-être lui servir -, la curiosité n'avait jamais pris de proportions aussi exagérées chez la jeune femme et elle ne semblait pas en voie de guérison. Les personnes de son entourage se prenaient parfois à songer avec une once de frayeur entre les omoplates à l'idée qu'elle n'ait que trop vécu dans un monde constitué de personnages au destin tragique et qu'elle ne s'identifie maintenant à l'un d'eux au risque d'endosser pour la dernière fois sa tenue de Juliette ou, dans une version plus certaine de l'histoire, d'errer avec la blanche Ophelia en compagnie des nénuphars.

    Juste pour le plaisir parce que je fais une pause et me sens l'âme généreuse =)
    Spoiler:
     

    Aly' ne se décidait pas à répondre. Il y avait des moments qu'il ne fallait pas gâcher parce que, avec un peu de chance et de persuasion, ils pouvaient devenir des instants parfaits. Elle appréciait les regards en coin que leur jetaient les occupants de la salle que l'homme, lui, semblait avoir quittée ne daignant pas leur jeter ne serait-ce qu'une œillade méprisante qui dissuaderait ces improvisations d'espions d'être à nouveau distraits de la conversation que tenait, parfois seul à conjuguer, leur interlocuteur. Elle aimait le langage cru qu'il employait sans demander une quelconque permission mais se complaisait déjà moins dans l'art de l'écouter lorsqu'il commençait à mettre en doute la nécessité du simple fait de réaliser de l'art. Plus d'une personne dans cette salle , on aurait pu dire une bonne majorité sans trop risquer, n'entendait rien à tous ces traits, points, couleurs et formes dont les murs ruisselaient mais parmi tous les peintres qui avaient été exposés sur ce site, il devait bien y en avoir un qui avait éprouvé du plaisir en créant et en ce sentant reconnu. Tant que cela ne la gênait pas - et ce n'était pas le cas dans la situation présente - Alysandre voulait bien que cette galerie fasse le bonheur d'un homme au risque de provoquer chez elle des vagues d'incompréhension et cela même s'il s'agissait du plus dérangé des aliénés.

    « Peut-être bien que l'art n'est qu'une preuve d'égocentrisme. »

    Et peut-être que lui allait trop loin citant les démons dans chacune de ses phrases et revenant sans cesse sur des idées morbides. Une vague de frayeur tentait désespérément de peser sur l'estomac de la jeune femme qui inhalait sa dose de naïveté à chaque fois qu'elle respirait quand Gabriel Stormane lui proposa un dîner toujours dans le même ton résolument corrosif. Ses yeux allèrent alors du démon aux hommes et femmes autours d'eux qui discutaient encore d'art et d'affaires, l'achat d'œuvres d'art ne se révélait d'ailleurs qu'être un simple investissement pour la plupart d'entre eux, tout en portant à leurs lèvres un verre de champagne qui devait sans nul doute être délicieux excepté si l'on se fiait à l'avis du plus grincheux d'entre eux. Un homme en vieux costard gris, vraisemblablement radin, détenait la palme pour cette soirée-là selon ce qu'avait pu voir l'actrice. Elle avait derrière elle un monde qui l'assommait de par sa monotonie appuyée alors que s'offrait devant elle une personne tout à fait singulière ; quelque peu effrayante, certes, mais hors du commun. Elle ne portait aucune attention à ce Jake Lawl qui l'accompagnait et semblait plus que gêné par l'attitude de son étrange ami mais, grâce à lui et la fausse frayeur due à l'idée du retour à l'ennui le plus profond suite au départ annoncé des deux hommes, elle avait été irrésistiblement attirée vers son voisin. Il incarnait quelque chose qu'elle côtoyait depuis longtemps et dont elle ne parvenait pas à se lasser, tout un esprit théâtral. Croyez-moi, on ne ne croise pas ça au coin de chaque rue, même à Chicago. Il y avait dans l'emphase de ses phrases, dans les replis de ses gestes et dans ses relations avec autrui ce quelque chose qui lui donnait le vertige et la poussait à se perdre soi-même pour devenir quelqu'un d'autre. Elle n'avait pas encore décidé quel serait son rôle mais ne voulait pas hériter d'un personnage secondaire disparaissant dès le premier acte. Le moment n'était pas venu de quitter la scène, elle entendait encore l'écho des trois coups vibrant sur les parois de ses tympans.

    « Si vous me promettez en prenant à témoin un livre religieux, ce jeune homme ou un objet voire une personne de votre choix que cela ne vous dérange pas, ce sera avec plaisir que ce soit dans un des lieux que vous mentionnez ou dans un autre. Je ne suis pas bien difficile, je n'ai pas vraiment les moyens ni l'éducation pour l'être. »

    Bien sûr, il y en avait un qui allait l'attendre devant la porte de la galerie en râlant puis rentrer et la chercher dans les moindres recoins avant de se décider à aller chez elle voyant qu'elle avait déserté le cocktail où il avait prévu de la récupérer, ce n'était pas une heure pour rentrer seule. Finalement, il prendrait le chemin qui mène à chez elle pour vérifier si elle ne s'était pas faite rapatrier par un bienveillant mécène secourant une jeune femme en proie à un ennui des plus total mais trouverait la pièce froide de toute vie. Ou peut-être pas.

    « Si vous voulez bien m'excuser. Je crois bien avoir oublié de transmettre un message à quelqu'un, je reviens dans quelques instants. »

    Une fois bien installé sur le divan qu'Alysandre avait fait déposer en face du téléviseur, en essayant de contacter la comédienne, Greg entendrait sonner un portable qu'il retrouverait quelques secondes plus tard abandonné sur la commode, près de l'entrée. Elle avait oublié de le jeter dans son sac avant de quitter son appartement, mince. La jeune femme retourna cependant voir les deux démons ne se souciant plus de son manager. Elle ne pouvait plus rien faire pour le prévenir, elle s'en passerait donc et cela n'empêcherait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Stormane
Admin | • Tame me
avatar

Nombre de messages : 536
Âge : ... ans
Date d'inscription : 20/04/2008

Secret Files
Powers: • Création de Vide
Clan: Demon
File Relations:

MessageSujet: Re: One side love [PV Aly]   Sam 6 Sep - 23:59

La réponse positive avait étonné mais étrangement satisfait l’archange qui jubilait désormais, impatient pour la suite des évènements. Il oublia même l’existence du rat mouillé à côté de lui, Jake – qui ne savait s’il fallait avoir le cœur fleuri par l’amour susceptible de naître à cet éventuel dîner ou plutôt se couper la langue pour d’avoir trop parlé. Le vieux démon affichait un sourire en coin, pointé comme un canon de feu qui hâte le moment de l’attaque. Avait-il mit sa bien aimée en danger, finira-t-elle en brochette ou alors un tragique destin attendait leur couple. Jake sentit son cerveau prendre feu. Il inspirait l’espoir et expirait la peur, tout en contemplant la figure triomphante et imperturbable de Gabriel.

N’osant pas dire un mot, ne sachant quoi demander pour casser le silence improbable dans ce lieu public, Jake regarda Alyssandre s’éloignant espérant qu’elle s’enfuirait. Il était prêt à ne plus la voir pour son bien et dans ce moment épique, en plein dans le sacrifice il sentit une patte lourde saisir son épaule. Le murmure de Gabriel – telle une prière dépravée – vint consommer son ouïe comme de l’acide.
- « Vas dire à Lief de préparer la voiture et dit lui de téléphoner au West Lounge et de réserver tout le troisième étage et qu’ils mettent quelqu’un à attendre pour l’entrée des employés, nous entrerons par-là. Et de ce « nous » tu es exclu, évidemment. »

Gabriel scruta la réaction de son bien aimé apprenti qui agréait avec conviction jusqu’à ce que le vieux démon prononce la dernière phrase avec une sorte de sarcasme pour mauvais gamins. Les menaces de jadis – concernant les pouvoirs de Gabriel - s’étaient évanouies, il semblait qu’elles n’avaient jamais existé et que Gabriel avait récupéré toute sa force. Sa force, il ne l’avait jamais perdu car ses pouvoirs n’aient jamais été une arme pour lui ; juste une garantie.

Il n’avait jamais eu de confrontation directe, jamais de combat pour la survie et toutes les tentatives d’assassinat se finissait lamentablement une foi qu’il criait à l’aide ou s’enfuait. Non, vraiment, maintenant qu’il y pense, il s’est à peine servi de ses anciens pouvoirs pour se défendre. Ils n’ont été que la raison pour laquelle il n’avait pas peur d’insulter et montrer ses faux crocs. Rarement on le menaçait directement, car sa véritable force était sa notoriété. Comme un tableau où quelques couleurs ont été mélangées au hasard ce n’est pas le contenu qui compte mais ce que les autres pensent de cela et la valeur qu’on veut bien lui donner. Non, vraiment, toute sa vie il a baigné et arrosé les autres de ses mensonges avec ses mauvais regards et ses sourires confidents qui semblent tout savoir alors qu’au fond il n’est rien d’autre qu’un chien.

Comme tous les autres, Jake déglutit, eu un mouvement de recul et cru sans scier à la denture agressant, à la confiance de Gabriel frissonnant entre les lèvres légèrement violettes. Le doute s’installa dans l’esprit du jeune démon, il se demandait déjà si Gabriel était si faible que ça, si toute cette histoire de perte de pouvoir n’était pas une mise en scène pour desceller les traîtres… en autres mots, lui, Jake Lawl, 20 ans, amoureux et aveugle.

- « M…Mais…Mais non ! » La protestation ressemblait à celui d’un gamin.
Il ne trouvait pas l’excuse qui le ferait venir avec eux au West Lounge, il ne trouvait même plus le pourquoi du comment il s’était retrouvé dans cette situation alors que tout semblait sous le contrôle. « Je viens avec toi… non, je… c’est moi qui… Alyss… »

C’est coup de coude entre les côtes qui lui coupa la parole agonisante qui sortait avec du mal de sa bouche maudite. Haha, tout de suite moins à l’aise quand il s’agit de tes propres intérêts.
- « Dépêche toi voyons. Elle va bientôt se rapprocher et nous devons parler seul à seul. D’art. »
Gabriel ne savait ce qui était le plus amusant. L’expression suppliante et inquiète de Jake, qui ne pouvait plus aligner deux mots ou formuler un semblant de menace ou alors ses propres paroles le faisant ressembler à un vieux pervers en cours de kidnapping. Ce n’était pas vraiment l’amour des jeunes qu’il cherchait à tuer, c’était plus son ennui et puis, ce n’était pas comme s’il forçait la petite…

Cette dernière se rapprocha de nouveau – elle n’était pas allé très loin cependant et n’avait ni téléphoné ni parlé à quelqu’un d’autre. C’était étrange, son message ne fut pas transmit et donc… personne ne saura qu’elle sera entre les griffes du méchant loup. Personne à part Jake qui transpirera tout son amour cette nuit.
L’envie de le tabasser était passé ; Gabriel allait obtenir sa vengeance tout en s’amusant, il fera attendre ce petit insolent à la porte toute la nuit, pendant qu’il discutera avec l’actrice qui semblait quelqu’un de sociable et intelligent avec qui on pouvait passer quelques heures sans s’ennuyer. Jake aura ainsi le temps de s’imaginer tous les scénarios du monde, aggravés par son amour aveugle. Evidemment, le vieux démon ne fera rien à la bien aimée, enfin, il n’en avait aucune envie pour l’instant. Ce n’est pas comme si le désir de massacre lui était familier car il était plus une victime de la langueur de que la folie meurtrière.

Gabriel sourit, pencha sa tête de côté étudiant sans réservation la figure de la fille se demandant vaguement la raison pour laquelle elle accepta.
- « Je n’ai jamais fait de promesse à personne mais soit, je la ferai le moment venu. Monsieur Lawl va maintenant préparer notre départ. »
Gabriel se tourna vers le concerné qui s’éloigna d’un pas maladif et chancelant, attrapant une coupe de champagne au passage pour calmer son inquiétude.
- « Et bien, accepteriez-vous d’aller au West Lounge ? C’est un Night-Club mais au troisième étage on peut bénéficier non seulement d’une cuisine d’exception, mais également d’une belle vue. Je vous présenterai le chef-cuisinier, c’est un anglais qui s’est passionné pour la nourriture française et japonaise et en a fait un mélange unique. Et si nous nous ennuyons, nous pourrons toujours descendre au Night-Club où se trouve toujours une ou deux personnes à connaître pour se faire un renom, si tout de foi vous en voulez. Si non, vous allez savoir qui éviter. »

Le démon eu un regard rapide autour de lui pour s’assurer que Jake n’était pas dans les parages et continua sur le même ton explicatif de guide de musée.
- « Vous devez vous sentir un peu inquiète de vous faire inviter par un inconnu qui plus est un démon avec un passé bien que peu glorieux par ses actes cependant illustre par sa célébrité. Prévenez quelqu’un de votre départ improvisé. »
Cela gardera Gabriel de la poignarder avec une fourchette si elle s’avérait trop imposante et ennuyante… ce n’était pas un problème de plus qu’il lui fallait en ce moment.
- [color=sienna] « Ah et… »
Un semblant d’hésitation, comme s’il réfléchissait à la formulation de sa phrase puis il continua. « J’apprécierai si vous n’adressiez pas la parole au jeune homme qui était avec moi, il vous accompagnora au West Lounge. Une voiture vous attendra dehors, il vaudrait mieux qu’on nous voit pas sortir ensemble… vous savez, les gens et leurs rumeurs, il faut du temps pour s’y habituer. »

Il sourit avec amabilité puis s’éloigna.

Dehors, devant le portail du jardin du musée, étaient stationné quelques voitures dont la petite Porsche noire au volant de laquelle Lief – le chauffeur – discutait par la fenêtre avec l’autre petit gamin anxieux. Tout en s’approchant de ses connaissances, l’archange commença à mettre son plan en action. Celui d’inquiéter Jake encore plus qu’il ne l’était… mais d’abord il fallait le malaxer, le relaxer, lui donner confiance et le faire sentire important pour que la chute soit plus violente.
- « Jake ! Je te félicite ! Tu as tapé dans l’œil de la demoiselle, elle a parlé que de toi depuis que tu avais disparu » Le roméo s’empourpra. « Et elle a demandé à ce que tu nous rejoignes ce soir, je n’ai pas pu refuser. J’ai également décidé de prendre un taxi, tu n’auras qu’à tenir compagnie à Mademoiselle Dornvald jusqu’à West Lounge. »
Gabriel saisit chaleureusement l’épaule de Jake, lui fit un sourire éclatant et content comme jamais et le sentit fondre de bonheur. Le gamin, du haut de sa falaise de bonheur, ne pu se rendre compte du mensonge pourtant évident.
- « Et ne laisse pas la timidité te faire perdre cette opportunité ! Dragues la comme il faut, tu obtiendras certainement un baiser, si non une conversation agréable ! »
Le vieux démon secoua un peu le gamin pour qu’il ferme sa bouche pleine d’espoir puis continua son chemin pour prendre un taxi, chuchotant quelques paroles au chauffeur en lui demandant la faveur de vouvoyer Monsieur Lawl, futur agresseur de jeunes femmes.

Soudainement Gabriel regretta de ne pas avoir installé une caméra dans la voiture et puis il trouva cette idée ridicule car au fond, il n’en tirera aucun profit.

[HJ : Rendez vous au West Lounge ? Tu crée le sujet ? ^w^ ]
sujet terminé : suite West Lounge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devils-absolution.forumchti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One side love [PV Aly]   

Revenir en haut Aller en bas
 
One side love [PV Aly]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Love et Story
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Absolution :: 
|| Chicago ||
 :: Jefferson Park :: Art Gallery
-
Sauter vers: