AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elisabeth Stuart

Aller en bas 
AuteurMessage
Elisabeth Stuart
A soft song for my small demon
avatar

Nombre de messages : 58
Race : Humaine
Mood : Smile
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: Sa douceur
Clan: celui de son petit être démoniaque
File Relations:

MessageSujet: Elisabeth Stuart   Ven 25 Avr - 18:54






    • Fiche d'Identité


Nom : Stuart
Prénom(s) : Elisabeth
Surnom(s) : Eli'
Date de naissance : né un vendredi 13 décembre 1980
Age : 28 ans
Signe Astrologique : Sagittaire
Lieu de naissance : New York
Nationalité : Américaine
Statut / Occupation :
Historienne de métier, spécialisé dans les mystères du monde comme les légendes, les mythes, l’art et leurs secrets. Elle passe le clair de son temps chez elle avec son fils et au musée où elle décrypte les symboles anciens, cherche les origines mythiques de certains objets et travaille depuis un certain nombre d’année sur la démonologie.


• Profil psychologique et physique

Caractère :

Le monde est plongé dans l’enfer absolu, une femme marche dans les ténèbres, sourire aux lèvres. Un ange ? Non c’est juste Elisabeth, jeune femme toujours optimiste. La terre peut s’écrouler sous ses pieds, il y a toujours un espoir. Elle est de ceux qui ne baissent jamais les bras, cherchant sans relâche une solution à un problème. Têtu et déterminée, elle va toujours au fond des choses. Dans son boulot on lui reproche d’être trop exigeante et parfois très directive. C’est une femme intelligente, imaginative et très méthodique. Elisabeth n’aime pas a avoir tord, elle se retranche sous ses convictions jusqu'à ce qu’on lui prouve le contraire. Lorsqu’elle voit qu’elle a eu tord, elle a toujours une petite mimique avec sa lèvres, la bougeant de droit à gauche. Dans l’ensemble, on apprécie sa compagnie, ses conseils. D’une oreille attentive pour ses amis, elle sera toujours là pour eux. Sa douceur maternelle se ressent fortement, les gens qui la côtoie se sente toujours en confiance avec elle. Elisabeth est aussi une femme très maladroite, quant elle arrive dans une pièce vous êtes sur que quelque chose se casse, que quelqu’un est bousculé, mais certains vous dirons que c’est ce qui fait tout son charme.

Alors que certains auront besoin d’elle, Elisabeth ne viendra pas forcément vous demandez de l’aide. D’une nature très indépendante, elle ouvre ses bras mais pas son cœur. Mystérieuse surtout lorsqu’on s’intéresse à sa vie, elle va vite devenir méfiante ou changer de sujets. Humaine aux gestes envoutant elle peut démontrer un instinct particulièrement sauvage lorsqu’on s’approche de son fils. Elle serait prête à tous pour ceux qu’elle aime et démontre derrière ses yeux doux un instinct de tueuse. Froide et sans remords, elle tuera sans hésitée ! Les hommes qui on traversé sa vie on toujours été des aventuriers, des hommes sans attache, ce qui convient complément à Elisabeth. Charmeuse, elle séduit la gente masculine de part sa fraîcheur et son aura bienfaisant. Avoir une aventure avec la dame, c’est souvent passé en troisième position : il y a d’abord son fils, puis le boulot puis vient l’homme. Tous les hommes qui se sont attachés à la belle blonde n’ont pas supporté d’être la troisième roue du carrosse. Cela explique ses nombreux échecs amoureux. Elle adore aussi rire, encore et encore, raconter des histoires drôles et peut par moment avoir un humour assez noir selon les circonstances mais dans l’ensemble c’est une bonne vivante qui adore rire et faire la fête.

Parler d’Elisabeth est important mais il est aussi essentiel de parler de Julian. Joli petit tête blonde, le visage rond d’un ange de Léonardo De Vinci, les yeux sombres de son père. L’enfant est issue d’une union d’une humaine et d’un démon. Si certains pourrai penser que le diable s’est immiscé dans le corps d’Elisabeth pour la souillé, lui laisser des traces perfides et indélébile, la belle vous répondra avec des yeux aimantes : « Le mal n’y a laissé qu’un petit garçon au cœur pure ». Julian est un petit garçon qui fait peur, il reste toujours impassible, ne pleure jamais, ne parle jamais pour ne rien dire, il est malin et intuitive … on a l’impression qu’il ait vide émotions. C’est le sentiment qu’on à la première fois lorsqu’on voit le petit démon. Parce que démon il ait. Méchant ? Pas vraiment, il devient un véritable petit diable lorsqu’il se sent menacé, lorsque quelqu’un est agressive avec lui ou lorsqu’on attaque sa maman. Julian est aussi un enfant avant tout : il est curieux, adore jouer, rigoler, faire des bêtises comme peintre sur les murs, se salir en sautant dans les flaques d’eaux, … et pardessus tout il aime sa maman. L’amour qu’elle lui donne, estompe ce côté sombre qui sommeil en lui. Mi-humain, mi-démon, Julian a des pouvoirs. Lesquels ? Pour l’instant un seul s’est déclaré, celui de pouvoir communiquer avec les animaux. Il le maîtrise parfaitement, et il a très vite compris que ce pouvoir devait rester secret. Bien sûr par moment c’est difficile !


Défaut dominant:
Celui d’être trop exigeante avec les autres. Elle veut toujours les voir aller au bout de leur capacité. Elle ne supporte pas les échecs surtout au niveau de son boulot, ce qui la rend facilement exaspérante et fatigante.

Qualité dominante:
Son optimisme, sa nature de croire qu’il y a toujours un espoir même si la situation semble désespérée.

Apparence physique :
Avez-vous vu une belle blonde passer ? Elisabeth est belle, avec un charme certain. Que ses cheveux soit long ou court, il encadre parfaitement son visage long. Son tient clair est accentué par la blondeur de ses cheveux qui s’ondule facilement. Elle peut passer des heures devant un miroir pour les lissés qu’au soir ceux-ci reprenne leur formes. Ses yeux sont blues, un bleu profond et envoutant tirant sur le gris lorsqu’il y a beaucoup de soleil. Son nez est petit, légèrement en pointe ce qui lui donne un air faussement autoritaire. Sa bouche est petite, avec des lèvres orangés qui s’étirent souvent.

Elle a prit un peu de poids après son accouchement mais cela ne se vois pas. C’est une sportive, le corps élancé, les fesses musclés, les jambes longues. En là voyant au premier coup d’œil on pourrait la croire fragile mais c’est une apparence qu’elle aime exploiter. Les gens se méfient moins d’une femme qui a l’air sans défense. Lorsqu’elle est en colère, ses yeux sont beaucoup plus sombre, son visage devient très expressif, très agressive et perd de toute sa douceur. Elle a une voix très douce surtout lorsqu’elle est calme ou qu’elle se trouve avec son fils. Au travail, c’est un peu différent, son côté autoritaire prend le dessus et ça s’entend, sa voix devient plus ferme. Elle s’habille toujours de façon classe, les tailleurs sont souvent de rigueur. A la maison s’est décontracte, jean et pull long font l’affaire. Elle se trimbale toujours avec un petit sac noir qui contient ses cartes de tarot et une trousse de secours étant sujette aux blessures. Elle le porte souvent en bandoulière et ne s’en sépare jamais. Il lui arrive de porter des bijoux, étant une femme coquette.




Dernière édition par Elisabeth Stuart le Dim 27 Avr - 14:38, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Stuart
A soft song for my small demon
avatar

Nombre de messages : 58
Race : Humaine
Mood : Smile
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: Sa douceur
Clan: celui de son petit être démoniaque
File Relations:

MessageSujet: Re: Elisabeth Stuart   Ven 25 Avr - 18:55

• Histoire

Au commencement :

« Je suis allé plus loin que vous ne le pensez et j’ai fait une promesse au démon avec mon propre sang, d’être sien dans l'éternité, corps et âme »



Il était une fois, un alchimiste Allemand qui appelle le diable à son aide, et offre de lui vendre son âme à condition que le diable accepte de le servir pendant 24 ans. Il signe avec le Diable, souvent nommé Méphistophélès, la reddition de son âme. Cet homme s’appelait en réalité Johann Georg Sabellicus surnommé Maître ou Docteur Faust. Pourquoi commencer par cette vielle légende, uniquement parce que cette légende est étroitement liée à la vie d’Elisabeth.

Son père, Lord Stuart Harry descendant d’une veille famille souveraine d’Ecosse est un historien réputé. Il collectionne les aventures autour du monde autant que les œuvres d’arts. Il vivait avec sa famille à Londres et a été fortement influencé par son père, un avocat qui collectionnait lui les livres rares. A peine sorti de l’université que celui-ci décida de partir pour l’Allemagne où l’un des ses amis l’informa qu’il avait trouvé le pacte que Faust avait conclu avec le diable. Intrigué et méfiant à la fois, Harry décida de partir pour Berlin et d’aller voir de lui-même. En arrivant à Aéroport son ami, Karl Hals le conduit en pleine campagne dans un petit village reculé Knittlingen. Karl lui expliqua que c’était ici que Faust était né et qu’ils allaient dormir dans son ancienne demeure transformé en auberge. En arrivant Harry fut quelque peu impressionné par la splendeur des lieux, rénové de la tête au pied. La bâtisse qui était un moment historique, entouré d’un vaste jardin magnifiquement entretenu. Le charme des lieux n’était rien en comparé à la beauté de la fille du propriétaire, Diane Hogarth. Une jolie jeune femme de 20 ans, blonde avec des yeux bleus, le corps élancé et ses gestes d’une douceur extrême avait complément envoûté le Lord.

Il passa plusieurs mois à analyser le pacte qui lui remit Karl. Bien évidemment il lui était interdit de le prendre avec lui à Londres. Un soir alors que l’historien travaillé sur certain symbole qui avait été dissimulé à l’encre invisible au verso du parchemin, Diane apparut. Sous prétexte qu’elle n’arrivait pas à dormir, elle passa la soirée à aider le jeune homme. La soirée fut aussi un instant de pur bonheur charnel qui se répéta plusieurs fois les jours suivant. Il persuada la belle Allemande de le suivre à Londres, de l’épouser. Mais avant de quitter le domaine de Faust, il s’arrangea pour prendre avec lui le pacte. Le soir du départ, Karl l’accusa de vouloir voler le parchemin. Une bagarre d’une extrême violence s’en suivit, pendant que Karl étrangla l’anglais, Diane le frappa avec un vase. Le couple s’enfuit et retourne à Londres. Le mariage fut grandiose, comme on dit un mariage en « grande pompe ».
Quelque année plus tard, Harry obtient un travaille à New York, conservateur du Metropolitan Museum of Art. Il s’installa dans un quartier chic avec sa femme enceinte depuis 2 mois. Au moment même de l’emménagement, il construit dans les murs une pièce secrète où il pourra entreposer ses trouvailles et travailler dessus sans être déranger. Elisabeth est né un soir de vendredi 13 et son premier acte en tant que bébé est d’avoir baptisé le bras du médecin. Comme le dit si bien la sage femme : « une pisseuse est née ! ». Son enfance a été relativement calme, entre l’école, ses journées à accompagner son père au musée, ses journées de promenades avec sa mère, rien n’ai venus véritablement troublé sa vie pas même les démons. Même si elle avait conscience qu’ils existaient, elle ne voyait pas en eux comme une menace mais plus comme des sujets histoire fascinant. Naïf petite fille !



Anecdote(s) de l'enfance :

[b]25 juillet 1984
Maison de campagne des Stuart
16 h 15


C’était une jolie journée ensoleillée, le soleil éclairait le domaine des lumières. Diane aimait appelée leurs maisons de campagne ainsi. Elle était allongée sur un transat, un parasol la protégeant des rayons. Elle fixait une enfant de quatre ans, habillée d’une jolie petite robe rose, d’un chapeau sur la tête. Le petit ange cueillait des fleures, des marguerites qui poussaient sauvagement dans l’herbe. Diane avait amenée sa fille loin de la ville, de la pollution, du vacarme, loin aussi de son père qui avait cette idée de rencontré des démons … ceux qui on débarqué des flammes de l’enfer à Chicago. Pourtant Harry savait. Un démon n’était rien autre qu’un monstre, un danger pour le bien de l’humanité, alors pourquoi vouloir les approcher. Diane ne comprenait pas ! Hier soir après une dispute, elle prit sa fille, ses valises et la voici ici.

La jolie petit tête blonde arriva vers sa maman, un bouquet dont les têtes des fleures pendaient déjà vers le bas. Arraché de leur terre, de leurs racines, il était peu probable qu’elles survivent longtemps. Elisabeth souriait courant sans se rendre compte de la vie éphémère de ses marguerites. Pour l’enfant ce n’était pas important, seul faire plaisir et rendre un sourire à sa maman triste comptait.


« Tient maman ! C’est pour toi » dit elle en lui tendant le bouquet de ses petites mains blanches.

« Merci Mon ange ! » Diane saisit les fleurs fanées, un sourire bienveillant, passant sa main sur le visage rond de la petite fille. L’allemande regarda avec insistance sa fille, blonde, les yeux blues, … elle lui ressemblait tant. Du moins physiquement, alors qu’avait laissé Harry dans les gènes de la fillette. La mère avait déjà remarqué qu’Elisabeth aimait lire les livres histoires, les images de démons qui avaient de formes monstrueuses. Elle priait chaque soit que sa fille ne tombe pas dans le même gouffre où son père s’était enliser. Elisabeth rigolait sous les caresses tendres de sa mère.

« Arrête sa chatouille maman ! » L’enfant se dégagea et se plaça à quelque mètres de sa maman. « Je vais aller te chercher d’autre fleurs » la voilà déjà parti, courant, insouciante du monde qui l’entoure, du danger.

Diane se leva à son tour, se dirigeant vers la maison, ouvrant la grande baie vitré pour entrer dans le salon. Ses cartes de tarot étaient posés sur la table basse, empilé les un sous les autres. Diane les saisit, les ménageant un coup puis deux et tirant une carte, la gardant pour l’instant retourner, pensant fortement à Elisabeth. L’enfant était près d’un buisson en train de cueillir des fleures, une abeille s’était approchait d’elle. La fillette cria, surprise par cette petite bête. Diane lâcha la carte et se dirigea vers l’entrée pour aider sa fille à chasser l’indésirable.

La carte était retournée à terre, le dessin représentait un diable dansant et menaçant une jeune femme. Un loup blanc aux yeux jaunes était entre eux assis avec beaucoup de prestance. Les cartes ne mentent pas, Elisabeth sera tenté par le diable et laissera ses instinct primaire la guider, une erreur qui lui sera fatale ou lui donnera de la force de vaincre. Seul l’avenir nous le dira !


Anecdote(s) de l'adolescence :

3 juin 1995,
maison des stuart
10 h 23


Bientôt la fin du lycéen et surtout bientôt le choix de la futur université. Laquelle choisir ? Elisabeth n’en avait aucune idée, elle se balançait sur sa chaise d’avant en arrière, un crayon dans la bouche. La jeune fille de quinze ans avait deux ans d’avance par rapport à ses camarades et collectionnait les A autant que les concours de tirs à l’arc et de gymnastiques. Sa porte vibré sous le coup que donnait son père la fessant sursauté sur sa chaise et tombé en arrière. Elle lâcha un « aie » de douleur se tenant la tête. Son père entra dans sa chambre se précipitant sur sa fille pour l’aider à se relever.

« Ça va ! pas trop mal » demanda t’il en frottant doucement sur la tête blonde

« Non ! Ça ira ! » Rassura t’elle en relevant sa chaise.

« Ok » ajouta son père avec un sourire de soulagement. « Je voulais te félicité pour cette année et t’offrir quelque chose » il sorti de sa poche une sorte étui en cuir entouré d’un petit nœud rouge. « C’est un cadeau très spéciale et très rare » expliqua t’il alors que la jeune fille pris étui entre les mains de son père et en sorti de longues cartes avec des dessins étranges.

« Des cartes de tarots ? » demanda Elisabeth en regardant son père intrigué.

« Oui, ils ont appartenu à ta grand-mère maternelle » il hésita avant de reprendre la voix éteinte « ta mère aurait voulu te les donner elle-même mais elle est encore coincée à l’hôpital pour quelque jours »

Lorsque le médecin informa à la famille que sa mère était atteinte d’un cancer, tout leur quotidien avait été bousculé. Il avait déclaré avec une petite voix qu’il ne restait plus que quelque jour à Diane à vivre mais celle-ci était toujours là. Elle trainait se cancer depuis plus de deux ans, une ombre malfaisante qui n’avait aucune emprise sur le moral de l’Allemande. Elisabeth était très impressionnée par ce courage, cette volonté de combattre ce virus tenace. Elisabeth appris à maîtriser ses cartes qui lui donna des conseils sur l’avenir en cours, sans donné de véritable donnés précise. Elle prit l’habitude de se les tirer chaque matins sous les recommandations de sa mère, pour habitué celle-ci à la reconnaître comme leur maîtresse.

23 Août 1996
Cimetière
16 h 42


Le soleil était présent en ce jour de deuil et s’était éclipsait dans le cœur de Diane et de sa fille Elisabeth. La famille Stuart et Hogarth ainsi que des collègues et amis entouraient le trou où un cercueil de couleur blanc parsemés de rose rouge descendant lentement. Les larmes coulèrent à flou, des reniflements discret se fessait entendre dans l’assistance. Elisabeth regardait son père partir sous un amas de terre lorsque son regard se posa sur un homme habillé en noir adossé à un arbre. Lord Harry Stuart est mort dans un accident de voiture alors qu’il se rendait au musée. Quelqu’un l’avait appelé tard dans la nuit, il y aurait eu une intrusion dans son bureau. Etrange !

Maison des Stuart
19 h 56


Elisabeth était endormie dans son lit après avoir pleuré dans les bras de sa mère. Le médecin lui avait prescrit des calmants pour l’aider à dormir. Un bruit sourd la réveilla pourtant. Les yeux grands ouverts, elle se leva pour descendre les escaliers. La porte du bureau de son père était entre ouverte, des ombres passait devant et deux voix se fit entendre. Elisabeth n’eu aucun mal à reconnaître celle de sa mère mais l’autre lui était complément inconnu.

« Que veux tu Karl ? » demanda Diane d’une voix ferme avec ce petit accent étranger que la jeune fille entendre

« Rend moi ce que ton mari ma volé » rugit il en menaçant l’Allemande avec sa main

« Je ne sais pas où il est ? Harry la bien caché et franchement même si je savais où il était je te le donnerai pas ? » Dit-elle avec rage « Je sais pourquoi tu lui a demandé de traduire ses symboles, c’est seulement pour entrer en contact avec le diable. Ils y a des tonnes de démons qui circulent sur terre t’as pas besoin de ce Méphistophélès pour t’aider » ajouta t’elle en poussa l’homme

Elisabeth essayait tant bien que mal de regarder la tête que l’homme pouvait avoir mais la porte la gênait. Elle se rapprocha, se mettant sur la pointe des pieds, observant sa mère qui fessait face à l’intrus. La jeune fille ne l’avait jamais vu d’une colère aussi noir.

« Tu ne comprend pas ! C’est plus que ça ! » Hurla t’il exaspéré par l’attitude de la dame. Karl gifla Diane qui tomba à terre.

Voyant sa mère en danger, elle poussa la porte avec violence puis l’homme qui perdit l’équilibre. La tête de celui-ci toucha le coin du bureau et s’écroula. Elisabeth resta stoïque devant le corps pendant que sa mère se releva pour entourer sa fille de ses bras.

« Je crois qu’il est mort ! »

« Non ma puce je vais m’occuper de lui, remonte dans ta chambre. Je vais appeler les urgences »

Diane fit remonter sa fille dans sa chambre. Elisabeth était allongée sur son lit, pleurant, se culpabilisant de cette mort accidentel. Elle entendit leur chien Hitch, aboyer. Curieuse de savoir ce qui pouvait bien ce passer dans le jardin, elle se leva, poussa timidement les rideaux, laissant juste un espace pour regarder. Diane était dehors, une pelle était posée à terre et le corps de l’homme sur le côté. Sa mère, si douce et attentionnée était en train de creuser un trou dans la terre sec d’un soir d’été. Elisabeth ne comprenait pas pourquoi sa mère n’appelait pas la police, c’était de la légitime défense, non ? Il lui fallut du temps pour comprendre cette réaction. Il ne s’agissait que d’amour, Diane était prête à tout pour sa fille, jusqu’a enterrer cet homme dans leur jardin ayant pour seul témoin la lune et les être nocturne. Le lendemain, on aurait dit que rien ne s’était passé. Diane expliqua à sa fille que les ambulanciers étaient passés et que l’homme allait très bien. Un mensonge pour la préserver. Elisabeth garda le secret, ne dévoilant jamais à sa mère qu’elle avait vue.


Dernière édition par Elisabeth Stuart le Dim 27 Avr - 14:20, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Stuart
A soft song for my small demon
avatar

Nombre de messages : 58
Race : Humaine
Mood : Smile
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: Sa douceur
Clan: celui de son petit être démoniaque
File Relations:

MessageSujet: Re: Elisabeth Stuart   Ven 25 Avr - 18:55

Anecdote(s) de la vie actuelle :

Elle fit pratiquement toute ses études à New York, voyageant de temps en temps dans le monde. Mais la santé de sa mère était devenue de plus en plus précaire. A 23 ans, Elisabeth Stuart était reconnu tout comme son père en tant qu’imminente historienne. Elle écrit un ouvrage sur l’ouverture de la porte des enfers, évoquant la vie et la mort comme catalyseurs de ce phénomène. On retrouve son bouquin à la couverture noir dans la catégorie des théories surnaturelles, « The theories of apocalypse » by Elisabeth Stuart. Elle recherche depuis un moment déjà ce qui à bien put permettre ce désastre, comprendre est son but.

Diane mourut un soir d’hiver, son cancer la rongeait depuis trop longtemps. Elisabeth trouva une place dans un Musée à Chicago. Elle vit avec son fils agé de 6 ans dans une maison qu’elle a fait construire et de la même manière que son père, elle s’est doté d’une pièce secrète pour entreposé des œuvres, ses recherches, les reliques de son père, bien loin des curieux.


1 juin 2008
Maison d’Elisabeth Stuart
16 h 30


Le soleil passait doucement au travers des fenêtres du bureau de l’historienne, rendant la pièce légèrement tamisé et chaleureux. Elisabeth était assise à son bureau, lisant des écritures d’un anciens temps. Absorbé par son travail, elle fut surprise de voir apparaître une tête blonde à sa porte. Il était beau son petit garçon, avec ses prunelles claires et se sourire enfantin. La jeune femme n’a jamais été marié et collectionnaient les échecs amoureux. Le démon fut son grand amour. Pure folie ! Il disparut étrangement, sans donner aucune nouvelles, pas une lettre pour lui expliquer, la laissant seule et enceinte. C’est long six ans, assez pour être une mère comblé par ce petit être mi-humain, mi-démon qui avait le pouvoir de parler aux animaux. Le démon de son cœur avait été son premier amour. Avait-il été amoureux ? Grande question que la jeune femme ne désire pas savoir. Elle protège cette petite tête blonde, « Julian » avec un instinct quasi animal. Le petit Julian s’approcha de sa mère et s’assit sur ses genoux.

« Maman c’est quoi tout ça ! » demanda l’enfant en désignant de son petit doigt certaine rune écrite dans le livre.

« C’est une écriture très ancienne mon ange. Maman essaye de les comprendre pour mieux traduire un livre très ancien » expliqua t’elle avec une voix douce.

Elle était assez fière que son enfant puisse s’intéresser à ses recherches. Peut être qu’il suivra ses traces ? En tout cas temps que son fils était auprès d’elle, celui-ci ne risquait rien. Personne ne savait pour lui et lorsque quelqu’un lui demanda qui été le père, Elisabeth haussa épaule est répondit toujours la même chose « je n’ai pas eu le temps de le voir venir ? » Laissant supposer bien des choses, un mystère, mais la plupart des gens supposait quelque chose de suffisamment grave pour éviter d’insister. Alors que l’enfant se lova dans les bras de sa mère avec amour, un chien blanc d’une grande taille entra à son tour. L’animal ressemblait à un loup, sans en être un véritablement. Il s’avança au milieu de la pièce scrutant de ses yeux jaunes la mère et l’enfant. Julian leva son regard vers Elisabeth.

« Il veux faire un promenade, je peux aller avec lui dans le jardin ? » demanda t’il

« Bien sur tu peux y aller » La jeune femme passa sa main dans les cheveux de son fils, puis lui déposa un baiser sur son front. « Mais tu reste dans le jardin » prévient elle en regardant l’enfant sortir avec l’animal.

La jeune femme se leva à son tour, regardant par la fenêtre son jardin où le gamin venait apparaitre avec le chien. Elle avait toujours cette petite boule dans estomac, une peur invisible et maladive. Jusqu'à quand arriverait-elle à garder le secret de son enfant aux yeux de ses collègues et des autres démons. Et si les chasseurs s’en prenaient à elle et son fils ? La maman avait bien l’intention de protéger son petit et s’était préparé à ça depuis la naissance de son fils.


• Hors Jeu

Personnalité de l'avatar : Nicole Kidman
Joueur ou joueuse : Depuis cette nuit, j'ai vérifié ... ça n'a pas changé, je suis toujours une fille couette 2
Comment avez-vous connu le forum : Aha !
Commentaires ? : Aucun pour l'instant hum


Dernière édition par Elisabeth Stuart le Dim 27 Avr - 16:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Stuart
A soft song for my small demon
avatar

Nombre de messages : 58
Race : Humaine
Mood : Smile
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: Sa douceur
Clan: celui de son petit être démoniaque
File Relations:

MessageSujet: Re: Elisabeth Stuart   Dim 27 Avr - 14:24

• Relations

Liam Rivers [Gaspard Ulliel] :
Ah Liam, Histoire d’amour mais seulement dans un sens. Elle la soignée alors que le diable s’était blessé pour mieux l’approcher. Elisabeth n’a pas honte de le dire, elle ait tombée amoureuse de lui, un démon vile et perfide. Aveuglé par sa passion pour les démons, pour cet homme, elle la laissée entrer dans son lit, un soir et tant d’autre. Il lui posait des questions, sur son livre, sur ce pacte que son père avait volé. Mais elle ne lui révéla rien, car ce secret était le sien. Au fond, elle l’aimait mais ne lui fessait pas confiance. Un jour il disparut, sans un mot ou une lettre … mais il laissa tout de même quelque chose, un petit être, Julian, grandissant dans son ventre. Son amour pour Liam est amoindrie, seul son fils compte à présent.

Joan Eden [Jennifer Morrison] :
Julian, petit démon à la tête blonde avait rencontré un chat dans son jardin. Alors que sa maman était au téléphone avec un collègue de travail, le petit suivit l’animal et passa la clôture pour se retrouver dans la rue. Julian suivit le chat pendant un long moment, mais celui-ci disparut de sa vu. Complément perdu, l’enfant continua à marcher jusqu'à se qu’il bouscula Joan. Vu que Julian n’ai pas du genre à pleurnicher, il demanda simplement à la dame si elle ne pouvait pas l’aider à retourner chez lui. Sur la route, Julian et Joan se sont très bien entendus, ils se sont même arrêter pour s’amuser dans un parc, pendant Elisabeth était prête à appeler l’armée. Alors que le soir pointait du nez, Joan raccompagna, l’enfant chez lui. C’est ainsi qu’Elisabeth rencontra Joan pour la première fois. Au début Elisabeth était très méfiante, mais la confiance que son fils mettait en cette femme atténuait les craintes de la maman. L’historienne, bien qu’elle garde toujours une certaine réserve, accueille volontiers Joan chez elle, ce qui ravi son fils. Les deux femmes sont des amis, pas les meilleures amies du monde mais les choses peuvent changer avec le temps …


Dernière édition par Elisabeth Stuart le Dim 27 Avr - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Stuart
A soft song for my small demon
avatar

Nombre de messages : 58
Race : Humaine
Mood : Smile
Âge : 28 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: Sa douceur
Clan: celui de son petit être démoniaque
File Relations:

MessageSujet: Re: Elisabeth Stuart   Dim 27 Avr - 14:38

Voilà j’ai fini la présentation d’Elisabeth, normalement je crois n’avoir rien oublié. Pour les relations je les mettrais au fur et à mesures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joan Eden
*{ Darker than Black | Admin
avatar

Nombre de messages : 310
Âge : 26 ans
Date d'inscription : 22/04/2008

Secret Files
Powers: * Absorbtion des chairs
Clan: *Miam’s Slave
File Relations:

MessageSujet: Re: Elisabeth Stuart   Dim 27 Avr - 15:11

[VALIDEE]

Tu parle de NY et d'un virus à deux endroits, mais ça reste cohérent. (le cancer c'est pas un virus en faiteuh...)

Le reste c'est tout bon.
Hâte de jouer avec ce perso gentil moi Rolling Eyes

_________________
ava by hay_gurl


AND I'M A STRANGER, A LIFE CHANGER
I'M A MAN THAT'S NOT AFRAID OF DANGER

... hum, Joan, you're a woman...
WHO CARES BASTARD?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisabeth Stuart   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisabeth Stuart
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stuart Ballister [Validée]
» Lestat Stuart
» Stuart Allan Pot [validée]
» Duchesse Elisabeth d'Alençon
» Elisabeth d'Alençon - mon histoire appartient à Dieu mais je tenterai de la raconter aux hommes[terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Devil's Absolution :: 
|| Before The Game ||
 :: Présentations :: Présentations Validées
-
Sauter vers: